La Boite à Houblon – St Jean de Védas (34)

A l’origine, Pierre Koulikoff, le patron de la Boite à Houblon, aurait dû être projectionniste, comme dans son film préféré, Cinéma Paradiso. Mais deux ans après avoir décroché sa formation et pratiqué son métier en Normandie, voilà que son travail disparait. La péloche a été remplacée par le numérique et le projectionniste désormais, n’est plus qu’un presse-bouton qui s’y connait en informatique.
Alors Pierre Koulikoff décide de devenir scénariste. A priori, voilà un métier qui n’est pas près de se faire remplacer par les machines bien que les blockbusters américains actuels interchangeables et à la mécanique identique, semblent avoir été pondus par des algorithmes sans âme plus que par des cerveaux humains. Bref, Pierre s’en va pour Bruxelles, intègre la prestigieuse Université Européenne d’Écriture, mais il lui faut payer son loyer et c’est ainsi qu’en 2009, il intègre l’équipe du Delirium Café de Bruxelles, bar qui lui permet de découvrir pas moins de 2800 références de bières !
De plongeur, Pierre devient bien vite chef de bar et se découvre une véritable passion pour la bière. Mais après deux ans de vie nocturne à 50 ou 60h par semaine, Pierre comprend qu’il ne pourra pas tenir le rythme longtemps.

Alors il revient en France, dans le Sud, à Sommières (34) où vit son frère Simon. Et accessoirement, c’est là qu’est installée la célèbre Brasserie des Garrigues. C’est un signe. Mais Pierre ne le sait pas encore. Comme c’est moi qui écris le récit, je colle des éléments entre eux. Mais mes personnages ne s’en rendent pas compte.
Dans l’Hérault, Pierre se cherche. Musicien, il intègre le JAM (école régionale de musique jazz & musiques actuelles de Montpellier) pour devenir professeur de batterie, puis il travaille en tant que cuisinier avec son frère Simon, tente d’écrire le scénario d’une bande-dessinée mais se fait abandonner par le dessinateur, bref, Pierre Koulikoff n’a pas encore trouvé sa voie.

C’est lorsqu’il visite une cave à bières dans le Vaucluse que sa chère et tendre à ses côtés comprend pour quel métier Pierre est fait. En le voyant regarder toutes les bières avec des yeux pétillants et un sourire béat, en l’écoutant en parler mieux et plus en détail que les propriétaires du lieu, elle lui indique le chemin : Pierre, voilà ce que tu dois faire, ouvrir ta propre cave à bières.

Il faudra alors un an de travail à Pierre pour monter son business plan, trouver un local, le financement puis transformer ledit local en un temple dédié à la  bière artisanale.
Et en Octobre 2015, la Boîte à Houblon ouvre ses portes à St Jean de Védas, petit village devenu grand, en bordure de Montpellier.
Et c’est à cet instant que nos destins se croisent et que j’arrive dans l’histoire. Parce que St Jean de Védas, c’est là où j’habite.

Un jour, ma voisine du dessus, au courant de mon amour pour les apéros, me dit « dis donc, t’as vu qu’il y avait une cave à bière à St Jean ? »
Moi : Ah non !
Elle : ben si !
Moi : oh putain faut que j’aille voir ça
Elle : Ben oui !
(bon en vrai, on avait des échanges plus élaborés que ça avec ma voisine du dessus mais je vous fais la version courte)

Donc je me rends à la Boite à Houblon et je découvre Pierre Koulikoff, grand gaillard au sourire qui met de la chaleur et de la bienveillance partout autour de nous et là, Pierre me demande si je m’y connais en bières.

Je lui réponds « Oui, bien sûr, grave que je m’y connais. Je suis un grand amateur de bières. La preuve, je bois plein de Heineken. D’ailleurs, je cherche des bières toutes aussi bonnes et qui dépassent pas les 5% d’alcool, parce que sinon j’aime pas ».

En entendant ma réponse, un autre caviste aurait pu prendre la décision de me latter la gueule à coup de batte de baseball customisée au fil de fer barbelé et portant un doux prénom féminin.

Mais ce n’est pas le genre de Pierre Koulikoff.
En ouvrant la Boite à Houblon, c’est son amour de la bière qu’il a voulu partager avec nous et pour partager une passion, il faut d’abord initier ceux qui n’y connaissent rien.
Je n’y connaissais rien, alors Pierre m’a initié. Et ça fait même pas mal.

Avec ses yeux dans lesquels brille l’amour du produit, il m’a dit plein de trucs zinzins, il m’a parlé d’amertume, de houblons, de aïe-pi-hey, de triples belges, de pale ale écossaises, de bières vieillies en futs de rhum, de Brasserie des Garrigues et de malts rôtis. Je comprenais pas tout mais c’était génial à entendre alors je faisais oui oui de la tête à tout ce qu’il racontait. Jamais j’aurais cru possible qu’on puisse parler de la bière en ces termes. Moi, je savais dire d’une bière qu’elle était blonde et que je la voulais en demi. C’est tout.
Donc ce jour-là, Pierre m’emporte dans son univers et je suis loin de me douter à quel point je vais apprécier le voyage et la découverte.

Je repars chez moi avec six bières. Un peu plus de deux ans après, si j’en crois l’application Untappd, j’en ai gouté près de 1300 différentes et je suis devenu chroniqueur pour l’excellent site The Beergame sur lequel vous vous trouvez actuellement.
Voilà donc ce qui risque d’arriver à tous les néophytes de la bière qui pousseront la porte de la Boite à Houblon : se faire contaminer par la passion Koulikoff.

Et pour ceux qui s’y connaissent déjà, sachez que la Boite à Houblon propose 170 références, ce qui est certes peu par rapport à d’autres cavistes, sauf que ces 170 références mes amis, non seulement elles tournent tout le temps (d’une semaine à l’autre, les bières sur les étagères de la Boite changent) mais elles sont, en plus, toutes bien pointues.

La Boite à Houblon est un de ces rares lieux où l’on peut choisir une bière au hasard sans risquer de tomber sur une industrielle ou un titre un peu raté. Ici, seuls les goûts personnels vous feront trouver une bière meilleure que l’autre. Mais en qualité, on est sur le très haut du panier.

Karl Strauss, Flying Dog, Cantillon, Omnipollo, Mikkeller, De Struise, La Débauche, Boon, Popihn, Anderson Valley, Oedipus, Kingpin, Naparbier, Mont-Salève, la liste des brasseries stars présentes à la Boite à Houblon est longue et en constante évolution.

Vous y trouverez également des bières locales, comme ZooBrew, la Pointeuse, l’incontournable Brasserie des Garrigues ou régionales comme les bières de la Barbaude à Nîmes.

Et en ce moment, en plus des multiples bières de Noël rentrées pour les fêtes, Pierre a de très belles nouveautés à vous proposer comme la Padawan ou El Patron, deux sublimes houblonnades de la brasserie autrichienne Bierol, la double IPA espagnole Away, de la Cerveses La Pirata, et son corps huileux et dégoulinant de Sorachi Ace, un Imperial Stout de chez Oedipus, une IPA Citra magistrale de chez Popihn ou encore une double IPA toute récente de la Débauche.

C’est donc un peu comme si le paradis de la bière avait ouvert ses portes à quelques centaines de mètres de chez moi (mon banquier en pleure encore) et en deux ans, l’endroit a bien évolué.
Dans l’arrière salle sont organisés, une fois par mois, des cours de brassages animés par Paul, un brasseur amateur plus que très prometteur.
Et depuis l’été dernier Pierre propose aussi des planches (fromage, tapenade, charcuterie) que l’on peut grignoter accompagnées, évidemment, d’une excellente bière.
Tous les premiers vendredi du mois, y’a dégustation gratuite d’un nouveau titre ou d’un coup de cœur du taulier. Et enfin, sachez que vous trouverez à la Boite à Houblon, un petit trésor assez fabuleux que Pierre et Simon fabriquent eux-mêmes : du chocolat noir au houblon. Et croyez le gourmand que je suis, c’est délicieux !

Pierre Koulikoff a donc fini par trouver sa voie. Il est un guide bienveillant et d’excellents conseils pour tous ceux qui cherchent à découvrir l’univers de la craft comme pour ceux qui veulent pousser toujours plus loin leurs connaissances.
Un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu qui tisse des liens entre les gens (St Jean de Védas manquait cruellement d’endroit où se retrouver autour d’un verre), un lieu qui permet aux amoureux de la bière, aux curieux, au simple visiteur occasionnel ou au beer geek le plus pointu de partager un moment agréable, convivial et détendu du zlip.
Un moment souvent accompagné par les rythmes d’un bon reggae puisque Pierre Koulikoff est aussi batteur dans le groupe The Natural Seed.

Je tenais donc à vous faire connaitre cet endroit et cet homme qui ont fait de moi le maboule de la craft que je suis devenu aujourd’hui. Et j’espère avoir l’occasion de vous y retrouver un jour pour trinquer avec vous autour d’un Black Albert de chez De Struise, une IPA de chez Oskar Blues ou une Rasputin de chez De Molen !

Fabien (Fab_ze_fab)

 

La Boite à Houblon
13 ter avenue Georges Clémenceau
34430 St Jean de Védas
06 99 54 46 04
Facebook

Ouvert du mardi au samedi 10h30-19h30

1 commentaire

Les commentaires sont fermés.