Mont-Salève – Hors Série : Bière Chasselas

Dans le dedans de ma tête d’amateur de bières artisanales, une association mentale personnelle s’est créée entre Bieronomy et la Brasserie du Mont-Salève installée à Neydens, en Haute-Savoie.

Car c’est sur l’excellent site de vente de bières en ligne (mais qui est également une cave à bières dans la vraie vie, à Seynod, en Haute-Savoie également, avec des vrais gens avec qui on peut parler et qu’on peut toucher, peut-être aussi chatouiller, surtout Michel, je suis sûr qu’il craint les papouilles) que j’ai découvert l’excellente brasserie du Mont-Salève et c’est, depuis, toujours sur Bieronomy que j’ai collectionné les bières brassées par Michael Novo, dont je suis devenu fou amoureux du talent, du génie, de l’inventivité, de l’audace, du savoir-faire, de l’inspiration et de la folie douce.

Les bières du Mont-Salève (avec cette étiquette devenue culte dont seule la couleur change en fonction du style, de la version ou de l’envie du moment), même les plus « simples » comme la Blanche, la Blonde ou l’IPA, m’ont toujours littéralement épatées par leur puissance aromatique, par leur équilibre superbement maîtrisé, par leur originalité (y’a toujours une surprise qui vient vous cueillir dans ces bières, comme quand j’ouvre celle, dite, de Noël et que je me retrouve avec une IPA tropicale, lorsque je déguste la Tourbée et que je me prends la bière fumée organique la plus intense de toute ma laïfe qui me repeint le palais, m’explose les papilles et me transforme l’œsophage en cheminée non ramonée depuis trois ans ou quand je découvre la Sorachi Ace Bitter, considérée comme la bière française la plus amère et la plus intense pour un taux d’alcool aussi bas : seulement 2,5% !!) et cette constante capacité à revisiter et réinterpréter des genres et des styles que je pensais, naïvement, figés dans le roc.

Oui, Michael Novo est un maestro, une idole (et croyez-moi, j’en ai peu, à part Dupontel et lui, j’en vois pas d’autres, là, tout de suite, spontanément, pendant que je vous parle) et je ne remercierai jamais assez Bieronomy de me permettre de suivre de près toutes les nouvelles créations de cet artiste aussi important et incontournable de la scène craft française.

Et depuis peu, Michael Novo développe une gamme de bières appelée Hors Série, à travers laquelle il s’amuse, le temps d’un petit brassin (donc n’hésitez point lorsque vous en voyez passer une), à inventer des titres hors normes, expérimentaux, encore plus barrés que d’ordinaire.

Évidemment, Bieronomy se fait le relais de ces Hors Série donc pas de panique si vous ne trouvez pas celle dont je vais vous parler après cette introduction aussi passionnante (je vois d’ailleurs déjà, au fond de la salle, quelques jeunes femmes qui se demandent qui est cet orateur si captivant et si terriblement sexy qui leur parle aussi bien des bières du Mont-Salève et n’hésitez pas à venir me demander mon 06 en sortant) puisque Novo l’hyper-productif en aura conçu bien des nouvelles d’ici à ce que vous soyez arrivés à la fin de cette note.

Donc la Mont-Salève qui nous intéresse en ce jour, c’est la Hors Série : Bière Chasselas.

Alors il faut savoir que le bougre avait déjà tenté l’expérience du mariage bière + marc/moût de raisins (et bien sûr, j’avais répondu présent) et c’était très bon, très original, mais là, il passe au level supérieur, fort de premières tentatives qui ont dû lui servir pour parvenir à ce nouveau résultat.

L’étiquette nous indique qu’il s’agit d’une « bière blonde macérée avec du marc de chasselas de Haute-Savoie de 2016 et fermentée avec les levures indigènes du raisin ». Et ben c’est effectivement une très belle rencontre entre l’univers de la binouze et celui du pinard. Comme quoi ça sert à rien de bâtir des murs pour séparer les uns des autres, toutes les frontières sont faites pour être franchites, toutes les cultures pour se mélanger, s’enrichir, se compléter et tout ça, sans se perdre pour autant.

Alors je m’y connais ni en raisins ni en cépage donc je peux pas vous dire si l’on reconnait précisément le chasselas mais pour mon pif de néophyte, ça sent effectivement bon et fort le raisin blanc, le raisin blanc vineux, vaguement sucré, légèrement fruité. Je perçois également des notes boisées, assez prononcées, quelques traces d’agrumes, peut-être un peu de pêche et d’abricots. Mais c’est clairement une odeur de vin pétillant qui domine, un vin gourmand et sucré mais pas écœurant comme un Sauternes. Tout parait plus fin, plus subtil.

La première gorgée confirme l’impression. C’est effectivement raffiné. Un vin blanc aux bons goûts de raisins mûrs et sucrés, pétillant, léger, relevé par la rustique rondeur de notes boisées, se présente à moi avec dans son sillage l’univers d’une bière de saison (agrumes, touche herbacée, sècheresse finale et puis, sur le tard, des notes de pommes).

La rencontre entre ces deux mondes trouve ici son point d’équilibre. On ne peut pas lui reprocher de ne pas être une bière. Tout comme on ne peut pas lui enlever son influence viticole. On l’a testée avec un délicieux foie gras que nous a apporté notre voisin (on a de la chance, on a des voisins qui invitent toujours du monde mais ils surveillent leur ligne et ne peuvent donc jamais finir les restes, ce qui fait qu’on récupère tout et c’est à chaque fois des mets de luxe et souvent faits maison !) et ce fut absolument parfait.

Toute l’ampleur et la finesse du vin accompagnaient comme il se doit le foie gras alors que le corps, les contours et la fin de bouche rappelaient sans cesse qu’on buvait quand même une bière. C’est une expérience, mais une expérience réussie haut la main et qui permet de combler les amateurs de bières comme ceux du vin (souvent ce sont d’ailleurs les mêmes, la seule différence, c’est le balancier qui penche plus d’un côté pour certains) avec une boisson à mi-chemin de deux univers et pour seulement 6% d’alcool.

Mon seul regret : ne pas en avoir acheté 12 000 bouteilles histoire de ne boire que ça pour les fêtes qui arrivent. Ça change, c’est plus léger, plus aérien, on sort pas de table avec la barre au front et c’est tout aussi impeccable pour accompagner les orgies culinaires à venir que de très bons vins blancs.

Oui, Michael Novo révolutionne rien moins que les plus ancestrales des traditions et ne serait-ce que pour cette raison, il me parait indispensable de lui rendre hommage en découvrant ses bières, dont la gamme Hors Série, dans la cave de Bieronomy.

 

Fab_ze_fab_

 

Brasserie du Mont-Salève
labrasseriedumontsaleve.com
151 rue du Jura,
74160 Neydens
04 50 74 96 61
contact@labrasseriedumontsaleve.com

Bieronomy
bieronomy.com
1152, avenue d’Aix-les-Bains
74600 Seynod – France